C’EST COMME UN REVE

J’ai fait un rêve merveilleux,

La crise nous ouvrait les yeux,

Tout travail méritait salaire,

Et non pas une vie de misère.

 

La question était ainsi posée,

Ces écarts de salaires insensés,

Etaient t’ils vraiment justifiés,

Et sur quels critères falsifiés.

 

Des hommes seraient supérieurs,

Par un travail qu’ils jugent meilleur,

Que celui qu’exerce leurs employés,

Qui sont beaucoup moins bien payés.

 

Mais il serait plus exact d’avouer,

Que ces employés sont trop dévoués,

Trimant pour de maigres revenus,

Permettant à leur patron d’être repu.

 

Laisser un commentaire