L’ AMOUR DE LA MER

Les vagues dansaient la folle farandole,

La mer se creusait sous le souffle d’ Eole,

L’ écume soulevée voletait sous les flots,

La lune se cachait pour taire ses sanglots.

 

Les plus apeurés sur les navires priaient,

Les marins les plus aguerris eux en riaient,

Dans la mature mouvante ces hommes solides,

Ramenaient la voile de très haut dans le vide.

 

Risquant de chuter sous la force du roulis,

Comme tant d’ autres marins avant eux ont péri,

L’ amour de l’ océan cette passion magnifique,

Est à l’ amour humain d’ une ardeur identique.

 

La lune le savait qui vit tant de vies perdues,

Dans ces nuits de colères et d’ hommes éperdus,

Depuis la nuit des temps de l’ histoire antique,

Des navires périrent en ces instants tragiques.

 

Eclairant par son halo de froide lumière,

Le noir océan ou gisent tant de pauvres hères,

En témoignent ici ces fragments de gréements,

Noyant ensemble les hommes et leurs tourments.

 

 

 

Laisser un commentaire